cheat-meal-05

Un cheat meal pour mincir, le principe ? Les périodes des bien trop nombreux repas, bien trop riches, qui rendent nos portefeuilles bien trop pauvres approchant, on s’est dit qu’il serait judicieux d’évoquer le concept du Cheat meal afin de réduire un peu la culpabilité de tout un chacun. Oui, nous allons soulager et apaiser le petit ange de votre épaule droite qui vous donne mauvaise conscience dès que vous approchez de votre bouche un toast de foie gras, ma foi pas grave ! Devenez une it eat-girl !

Avant toute chose, il faut garder à l’esprit que nous employons « cheat meal » au singulier, donc merci d’en prendre note ! Cela veut dire que le cheat meal ou day reste occasionnel ! Chaque repas ne peut décemment pas être un cheat meal, auquel cas c’est une cheat life  faite de shit food !

Qu’est-ce-qu’un cheat meal ?

Comprenez « le repas de la triche », le cheat meal (ou day) est un concept très répandu chez les adeptes de musculation. Le principe ? Manger absolument tout ce qu’on veut durant un repas, ou une journée selon l’option choisie. Oui, tout. Léser son régime ou son rééquilibrage alimentaire pour évanouir les frustrations cumulées. En principe, pour les sportifs, le pratique  1 fois par semaine.

cheat-meal-02

L’impact d’un cheat meal sur le corps ?

Lorsque l’on suit une alimentation pauvre en sucre et féculents, le corps traduit cela comme une sorte de « famine » et brûle moins de calories, pour se protéger. Le corps va donc ralentir le métabolisme pour dépenser le moins possible d’énergie/de calories, qu’il considère comme précieuses (ça se voit qu’on dit LE corps, c’est bien un homme tiens, toujours à faire le contraire de ce que je voudrais !). Afin d’éviter ce ralentissement de métabolisme, et donc de brûlure de calories, il faut l’alimenter de temps en temps en graisse/sucre. En bref, lui rappeler ponctuellement que nous ne sommes pas en restriction permanente pour ne pas qu’il se mette en mode « Mayday Mayday je ralentis tout ! » mais bien en mode « cheatday Cheatday je continue de brûler tout ! ».

Mais ne criez pas victoire trop vite, car un seul cheat meal suffit à relancer le métabolisme pour une semaine ! Alors bien évidemment le principe fait débat, comme souvent deux écoles s’affrontent, mais l’article ne traite pas de ces désaccords, à vous de vous faire votre opinion en testant, c’est encore ce qu’il y a de mieux !

cheat-meal-04

Les limites du cheat meal

Attention cependant à certains aspects souvent ignorés : l’organisme est habitué à une certaine hygiène de vie (apport calorique réduit, aliments sains ou non transformés etc.), après un cheat meal il est donc possible que l’on est un soudain problème de transit le lendemain, des ballonnements, bêtement des problèmes de peau etc.

Et surtout, problème et pas des moindres, à anticiper, il peut redéclencher une addiction pour la malbouffe. Être donc bien vigilante à se faire plaisir à un instant T uniquement, sans retomber dans ses travers une fois le repas clos. Le cheat meal est efficace s’il est rare. La règle du « foutu pour foutu » n’est donc pas applicable. « Allez j’ai mangé un burger-frites avec un paquet entier de brownie, je ne suis plus à ça près, au goûter c’est gaufres Nutella et glace ! » NON, NON et NON !

Notre avis

Pour notre part c’est inclus dans notre routine. Il faut aussi noter que nous ne sommes pas dans un cadre de perte de poids. Nous avons notre poids de forme, que nous entretenons avec 3 à 6 heures de sport par semaine. Nous faisons un cheat meal ou day, selon l’intensité des entrainements de la semaine, le samedi ou le dimanche. Cela a un impact physique réel sur nous, mais aussi psychique. Ne pas vivre dans l’éternelle frustration est important pour rendre une bonne hygiène de vie durable. On a même souvent l’impression, le lendemain d’un cheat meal ponctuel, que les muscles sont plus présents, peut-être car nourris plus intensément. Bref, il faut tout de même garder à l’esprit que c’est PONCTUEL.

En résumé :

  • Débuter le concept du cheat meal après une période d’alimentation saine d’au moins 2 semaines, afin que l’organisme se déshabitue du sucre et gras.
  • Un cheat meal par semaine.
  • Rester raisonnable et garder à l’idée que c’est UN SEUL REPAS.
  • Effectuer le cheat meal le week-end afin de ne pas impacter votre vie sociale (anniversaire, restaurant en amoureux etc.).
  • S’entraîner avant un cheat meal afin que celui-ci recharge les muscles en glycogène.

cheat-meal-01

Écrit par Lotus & Bouche Cousue