10 façons d’arrêter de tout remettre au lendemain

arreter-procrastiner-productivite
Avoir recours à la procrastination est une chose parfaitement humaine et normale. Mais parfois cela peut engendrer un cercle culpabilisant et contre-productif. Voici 10 conseils pour arrêter de tout remettre au lendemain.

1. Arrêter de culpabiliser

Le premier réflexe va être de se sentir coupable et incapable. La deuxième étape est l’auto-flagellation, qui débouche ensuite sur la perte de confiance. Un cercle vicieux néfaste à une quelconque motivation. Vous reportez 6, 7, 8, 22 fois la tâche à faire, et alors ? C’est que celle-ci n’est pas vitale !

2. Comprendre le bénéfice caché

Dans la plupart des echecs que nous rencontrons, dans chacune de nos démarches d’auto-sabordage, conscientes ou non, il y a ce qu’on appelle un bénéfice caché. Cela signifie qu’au plus profond de nous, la non-réalisation de l’objectif a un avantage inavoué qui nous arrange. Par exemple, repousser sans cesse la reprise du sport, chaque lundi je suis censé me remettre au running, et ce depuis 2 ans ! Pourquoi je n’y parviens pas ? Peut-être parce que cela impliquerait de diminuer, voire arrêter, de fumer et que cette addiction est déjà une réponse/réconfort à une autre problématique de j’ai. La reprise de sport est donc inconsciemment la privation indirecte de ce réconfort lié à un problème sous-jacent non traité.

3. Accepter de laisser tomber

Finalement si l’on procrastine c’est que, comme vu ci-dessous, on y a un intérêt. Alors posez-vous cette question : Et même si je remets à demain cette tâche toute ma vie, quel sera l’impact réel ? Parfois, avec un peu de distance émotionnelle, on se rend compte qu‘il n’y avait pas réellement d’enjeu à cette charge qu’on s’infligeait, que même sans être accomplie, cela ne changera pas notre vie.

4. Se fixer 1 objectif final qu’on segmente par pallier

Il ne viendrait à l’idée de personne de participer à un marathon sans n’avoir jamais pratiqué le moindre sport ! En effet, l’idée sera de commencer par pratiquer un sport cardio, d’augmenter progressivement les sessions pour ensuite se rapprocher d’une condition physique en phase avec l’exigence d’un tel challenge. C’est exactement la même démarche pour les missions qu’on se fixe, qu’elle soit professionnelle ou personnelle. L’objectif est de rendre un rapport à un prospect stratégique dans 2 semaines ? Pour cela, je délimité les étapes : je travaille demain 2 heures sur le design que je vais choisir, je travaille le jour suivant 2 heures sur le plan, ensuite sur le premier point, etc. A chaque jour suffit son objectif pour finalement l’atteindre progressivement dans sa globalité.

5. La règle des 2 minutes

Cette règle est simple : toute tâche qui demande moins de 2 minutes doit être exécutée sans attendre et sans se laisser le choix d’y réfléchir (Appel à un fournisseur, sortir une poubelle, lire son courrier, etc.) . C’est ainsi que les missions parasites ne s’accumulant pas, vous pourrez rester focus sur le vrai objectif final. On néglige bien trop la charge mentale des petites choses à faire !

6. Oser demander de l’aide

Peut-être ne savez-vous tout simplement pas par quel bout prendre la tâche à exécuter ? Dans ce cas il est simple d’exposer à une tierce personne la problématique afin d’avoir une piste d’analyse de sa part. Sa réponse vous fera naître de nouvelles reflexions et c’est tout naturellement que votre esprit s’interessera au sujet et commencera à le structurer.

7. Arrêter de tout intellectualiser

La procrastination vient souvent du fait qu’on voit la tâche dans sa globalité et donc sa consistance bien trop importante : le cheminement pour y parvenir, l’implication qu’elle demande, les conséquences, etc. Stop ! Il faut cessez d’accorder trop d’importance à la chose et simplement la démarrer sans réfléchir pour le moment. C’est une tâche à faire, point. Un peu comme le médecin pourrait voir une pathologie et non un humain malade. Il ne réfléchit pas à l’impact de la maladie sur la vie de cet individu, les émotions de ses parents et enfants, comment il va devoir revoir son planning et ses priorités, etc. il voit une pathologie à traiter. Il faut simplement faire ce qui doit être fait.

8. Cesser de se comparer

L’idée de se sentir “inférieur” à telle ou telle capacité d’autres personnes peut démotiver et empêcher de réaliser quoique ce soit. Focalisez-vus sur vous et vos qualités. Je vous laisse lire ici mon article avec 8 conseils pour arrêter de se comparer aux autres.

9. Renoncer au perfectionnisme

Une mission faite convenablement vaut mieux qu’une mission parfaite non-réalisée. Souvent, le besoin d’atteindre un idéal empêche tout bonnement de réaliser quoique ce soit. Vous connaissez surement cette citation de Michel Audiard : ” Un intellectuel assis va moins loin qu’un con qui marche “. Laissez-vus le droit d’être un simple mortel, apprenez à être frustré certes que cela ne soit pas aussi idéal que dans votre imaginaire, mais satisfait que cela soit concret et fait dans le réel.

10. Rester focus sur 1 tâche

Souvent, la procrastination prend la forme d’une diversion : on va privilégier n’importe quelle autre occupation avant celle pourtant à réaliser. L’idée est donc de se mettre sur une seule tâche et s’en éloigner sous aucun prétexte !

Comments are closed.