carnet-voyage-thailande

Carnet de voyage : La Thaïlande… enfin pour être juste, une infime partie de la Thaïlande. Nous avons eu 2 semaines pour nous faire une idée de ce pays et découvrir ce qu’il pouvait nous offrir et inversement. Nous partageons donc notre séjour, qui est bien loin d’être exhaustif comme vous pouvez le supposer. Nous n’allons pas détailler la liste du patrimoine à visiter puisque les guides le font à merveille, en revanche nous allons vous expliquer nos découvertes et nos astuces pour bien vivre le séjour.

Notes : Le voyage a eu lieu au mois d’aout, la période de l’avant-mousson : 15 minutes de tempête un jour sur deux, puis soleil et chaleur assommante.

Généralités

Avant tout, voici les astuces pour se déplacer et trouver un toit à moindre coût en Thaïlande, tout en baroudant :

Tuk-tuk troc

Le moyen de déplacement le plus évident en Thaïlande, et notamment à Bangkok, est le fameux tuk-tuk dit « touk-touk ». Petit camion à 3 roues, décoré et coloré, il constitue un moyen de transport ludique et bon marché, bien qu’il faille avoir le cœur bien accroché. Les conducteurs de ces camionnettes sont sponsorisés par des magasins et agences de voyages locales. C’est-à-dire qu’il sera rare que vous alliez d’un point A à un point B sans halte impromptue, imposée par votre chauffeur, qui fera mine de ne pas comprendre votre mécontentement. Pas de panique, si vous connaissez le filon, cela vous permettra de réduire le prix de la course voire de l’annuler : le principe ? Chaque sponsor paye l’essence du tuk-tuk si le chauffeur lui ramène des clients. Une fois que vous savez ça, il ne vous reste plus qu’à négocier avec votre tuk-tukman ! OK, on accepte de s’arrêter deux fois sur le trajet, de faire semblant d’être intéressé par leurs produits mais en échange on ne paye que la moitié. Attention, si vous effectuez des achats dans un de ces magasins vous pouvez demander à ne pas payer la course du tout, le conducteur acceptera assez facilement. Pour les moins conciliants, vous pouvez toujours prendre le métro ou le train !

carnet-voyage-thailande-bangkok-03

Itinéraire & agences de voyages locales

Notre vivacité d’esprit manque d’organisation nous a conduit à ne pas réserver le logement à l’avance, exceptées les trois premières nuits de notre arrivée à Bangkok. Quelle belle idée ! Le lendemain de notre arrivée, un tuk-tuk nous dépose dans une agence de voyages locale qui ne paye pas de mine. Nous discutons tout de même avec l’une des hôtesses et lui expliquons que nous aimerions voir quelques îles sans trop savoir lesquelles (il y en a tellement qui donnent envie !). Elle nous conseille, nous fait des simulations, et nous propose un voyage très structuré selon ce que nous lui avions demandé, qui inclut tous les transports, l’hébergement et même une excursion :

Bangkok => Phuket pour 4 nuits, trajet en avion, hôtel digne d’un bon 3 voire 4* français.

Phuket => Excursion Ko Phiphi pour 1 jour, trajet en minibus et bateau, et excursion en bateau avec repas et activité snorkeling comprise. Fin de journée, retour à Phuket.

Phuket => Ko Samui pour 5 nuits, trajet en minibus, hôtel digne d’un 2* français mais vers la plage.

Ko Samui => Bangkok, 1 jour, trajet en bus Confort de nuit (possibilité d’allonger les sièges et dormir) .

Cet itinéraire est revenu à 7 300 THB soit 190 € / personne (après négociation), autant dire, minimum trois fois moins cher que si nous l’avions réservé depuis la France. l’hôtesse de voyage remet différentes enveloppes numérotées qui comprennent tous les tickets de transports et d’hôtels qui nous sont réservés pour notre périple. Alors certes, les trajets en minibus ne sont pas tout-confort et parfois longs, mais rapporter au coût c’est vraiment avantageux. Les bus Confort restent la meilleure option low-cost, vous serez installés de manière plus douillette qu’un avion grâce à la clim et aux sièges inclinables en position allongée. Demandez à voyager la nuit, ils ne vous feront pas perdre la journée et vous pourrez aisément dormir avec un masque pour les yeux et des Boules Quies.

Bangkok

Cette ville est en un mot : épuisante ! Tant de merveilles à découvrir, dans un contexte en mouvement permanent, une atmosphère polluée à outrance, des temples d’or  côtoient des quartiers à l’aspect si pauvres, du sulfureux qui cohabite avec du religieux, bref c’est la ville de tous les paradoxes. Pour communiquer, l’anglais est de mise, les habitants le pratiquent aisément et se feront un plaisir de vous renseigner. Attention, ça ne sera pas forcément le cas quelques îles plus bas ! D’autre part, pour ce qui est souvenirs et petits plaisirs, pensez à les acheter à Bangkok, les prix sur les îles seront moins avantageux généralement.

carnet-voyage-thailande-bangkok-02Roof-top / Vue du Sky bar ou Sirocco, au 63ème étage – Hôtel où a été tourné « Very Bad Trip 2 : Hangover » – Lebua

Wat Pho & Palais Royal

On ne va pas s’attarder sur cette halte, les guides et bouquins que vous achetez le feront très bien. Sachez simplement que c’est vraiment l’endroit à ne pas rater, c’est à couper le souffle et c’est peu de le dire. Il vous faudra être vêtu au niveau des épaules et des jambes par respect envers la religion. Pas de panique vous pourrez toujours acheter des sortes de capes à l’entrée. Nous vous conseillons de vous y présenter pour l’ouverture afin d’éviter la file d’attente.

carnet-voyage-thailande-bangkok-04

Khao San Road

Cette ville est probablement la plus déjantée jamais visitée jusqu’à ce jour, notamment lorsque l’on traverse Khao San Road où nous avons eu le malheur de réserver notre hôtel, nous disant que ça serait animé. C’est un euphémisme. C’est l’endroit où faire la fête, cela peut même sembler trash de prime abord. Entre musiques assourdissantes qui se superposent, vendeurs de bracelets floqués à « I love AIDS » ou commerçants de sucettes aux véritables scorpions, vous ne saurez où donner de la tête. Cette rue dort en journée, il faut attendre la nuit pour en goûter toute sa folie. Profitez-en pour achetez les fameuses Pad Thai dans la rue, pour 1,5 € vous aurez une pleine assiette juste succulente. Même si l’hygiène peut nous freiner, ce ne sont que des barrières occidentales, les plats sont cuits et de manière plus saine que chez nous avec du soja et de l’eau ! Arrêtez-vous aux charriots de fruits exotiques qui proposeront des mélanges de fruits frais comme on n’en voit pas chez nous pour 70 centimes d’euros.

Le marché de Chatuchak

Le Chatuchak Week-end Market est ouvert uniquement le week-end. Situé au nord de la ville, de manière assez excentrée il vaut le détour. Il est immense, la superficie de petites villes française et propose de tout et même bien plus ! Alimentation, décoration, souvenirs, vêtements, produits d’hygiène etc. les prix sont difficilement négociables car déjà peu élevés. Négociez avec votre chauffeur de tuk-tuk qu’il vous attende ou reviennent vous récupérer.

Le Lumpinee Stadium

C’est l’endroit incontournable pour les adeptes du sport, ce stade mondialement connu est presque un lieu de culte. Assister à des match de boxe thaïlandaise coutera environ 30€/personne pour des places VIP (non négociable). L’endroit peut sembler glauque à première vue, le spectacle insignifiant mais ce sont des idées reçues qui se dissipent une fois l’antre du stade pénétrée.  Les thaïlandais sont en surchauffe, les combats sont incroyables et s’enchainent. Vous serez obligés de vous laissez prendre au jeu, même si vous n’aimez pas la boxe ! Des K.O, de la technique, de l’engouement, de l’hystérie, des parieurs fous, des champions, bref une soirée mémorable. Si vous êtes une femme, prudence de ne pas approcher le ring, nous avons défense de le toucher ou même de le frôler. Vous y retrouverez plein de français, alors profitez-en pour grouper un taxi au retour 😉

carnet-voyage-thailande-bangkok-lumpinee-05

Le marché Flottant

C’est à Ratchaburi, environ 80 km au sud-ouest de Bangkok mais cela vaut le coup. Les commerçants locaux vendent sur des barques nourritures, statues etc. tout y est négociable. Pour cette activité nous avons fait les touristes de base puisque nous voulions la faire dès le lendemain de notre arrivée, nous n’avons pas cherchez par fatigue. Nous avons appelés le taxi qui nous avait conduit de l’aéroport au centre-ville le matin-même, il proposait l’excursion pour environ 35€/personne. Pour ce prix, il dépose près de Ratachburi où nous devons prendre une barque (coût supplémentaire à négocier) qui traverse la jungle, c’est assez improbable. Nous arrivons dans une forêt via une rivière où de petites bicoques ouvertes laissent découvrir les habitants. Ainsi, vous verrez des personnes vivant de manière quasi-primaire mais avec des Ipad air à la main, allongées sur leur couchette, tableau assez cocasse ! Arrive ensuite le marché flottant, il y a du bruit, des couleurs, des senteurs, c’est juste fou. L’excursion dure la matinée, il est conseillé de partir tôt, très tôt même à l’aube, nous avons quitté Bangkok à 6h50.

carnet-voyage-thailande-bangkok-07

carnet-voyage-thailande-bangkok-09

Le sur-mesure

La soie et le cachemire ne sont pas en Thaïlande des matières aussi nobles que chez nous, puisqu’ils en produisent en grande quantité directement sur leur sol ou à côté. Cela peut donc être l’occasion de s’arrêter dans un magasin qui confectionne costumes et robes sur mesure (votre chauffeur de tuk-tuk vous arrêtera forcement chez l’un d’entre eux !). Par exemple, après négociation, nous avons eu un magnifique costume trois pièces en cachemire qualitatif doublé soie, et une cravate en soie pour 200€, prix dérisoire pour du sur-mesure (coloris choisi parmi des dizaine, doublure aussi, braguette en fonction de l’anatomie masculine etc. bref une merveille), et fabriqué en 48 heures chrono, retouches comprises. Pensez à bien récupérer leur carte de visite, car une fois qu’ils ont toutes vos mensurations ils pourront vous faire la robe de votre choix si vous leur présentez une photo, et vous l’envoyer directement en France pour des prix locaux.

Phuket

Cette île a été un peu la déception du séjour. Il y a de vastes plages certes, mais les thaïlandais ne sont pas des plus accueillants, il faut dire que ça grouille tellement de touristes que si ce n’est pas vous ça sera un autre ! Un exemple parmi d’autres, nous n’avions que 800 mètres à faire, mais avec une chaleur ressentie à 45 degrés, la fatigue du vol et 2 lourdes valises nous souhaitions un tuk-tuk. Celui-ci imposait 7€ ou rien, nous avons refusé, il est parti en nous criant dessus.

Le transport

Pour l’aspect pratique, si vous avez confiance en votre conduite inversée (ils conduisent comme les anglais !), louez un scooter, c’est la solution la moins coûteuse et vous êtes absolument libres de sortir des sentiers pré-définis pour les touristes. Les hôtels en proposent quasiment tous, il faut bien les réserver sur toute la durée de votre séjour car ils sont prisés et vous risquez de vous retrouvez sans véhicule. Ça sera environ 5€/jour (250 THB). Si le loueur souhaite garder votre pièce d’identité, fournissez de préférence la photocopie. Vous trouverez des bouteilles de gazole en vente sur tous les bords de route pour vous ravitailler.

carnet-voyage-thailande-phuket-03

Le temple des tigres / Tiger Kingdom

Cette activité est décriée par certains (en rentrant en France nous avons lu qu’il y aurait une maltraitance et une vente illégale d’animaux) c’est aussi un peu l’attrape-touristes, mais admettez que c’est assez surprenant de caresser de gros tigres ou de nourrir des bébés ! Nous avons opté pour l’option gros carnivore et nous ne faisions pas les mâlins, car les maîtres commandent les animaux avec un petit bâton de 30 cm, et que contrairement aux idées reçues, ils ne sont pas endormis, ah non, ils sont même bien vifs. Nous vous conseillons d’y arriver à l’ouverture afin qu’il n’y ait encore personne. Le prix est de 1 000 THB / personne soit environ 38 €, nous nous y sommes rendus directement en scooter.

carnet-voyage-thailande-phuket-04

Surin beach

Il y a beaucoup de plages, original pour une île au début on avoue ne pas avoir compris l’engouement des touristes pour cette île, la plage la plus fréquentée n’est pas fabuleuse, l’eau pas limpide. Mais dotés de notre scooter, nous avons décidé de découvrir l’île par nous-même et sommes arrivés sur la plage de Surin Beach. Merveille de solitude. Un sympathique autochtone y loue 4 transats et c’est bien suffisant car nous étions seuls, deux pour cette grande plage. L’eau y est un peu agitée mais n’empêche nullement la baignade. Vous pourrez trouver des restaurants non loin pour une journée de détente absolue.

carnet-voyage-thailande-surin-beach-02

carnet-voyage-thailande-surin-beach-01

Patong Beach

L’avenue de débauche de l’île. Boites de nuit incroyables, clubs à Lady-boy, Ping-Pong show à la pelle… de quoi s’agit-il ? Le ping-pong show vous sera proposé tous les.. 100 mètres ! Alors pour faire simple, la naïveté a été aveuglante. L’image des pongistes chinois est de telle renommée que bêtement j’ai supposé que le sport l’était sur tout le continent… euh… grand moment de solitude. C’est ainsi qu’on s’est retrouvé dans un bordel où des filles s’alternaient pour faire un show écœurant (j’ai ainsi supposé que le nom ping-pong show vient du fait qu’elles éjectent une balle de ping-pong avec leur vagin, sur scène #PasGlop). Si on vous parle de ce sujet sensible c’est pour ne pas que vous vous fassiez avoir à votre tour, et que vous sachiez de quoi il s’agit une fois sur place car vous serez sur-sollicités, bien que cela soit gratuit au début, les filles chercheront à vite dépouiller les hommes présents. En tant que femme je n’ai pas été embêtée, elles étaient même contentes de pouvoir échanger avec une occidentale et parlaient du prix de leurs opérations esthétiques en tous genres et racontaient combien elles aimeraient avoir un visage occidental tout en me tripotant chaque parcelle du miens.

Centre de tir

Au début de l’avenue de Patong Beach, sur la droite il y a une discrète entrée dans un petit centre commercial. Celui-ci renferme un restaurant au 1er étage qui a été notre cantine attitrée, un délice absolu (red curry, poulet dans un ananas et noix de cajou etc.). Dans ce même centre commercial, il est possible de rejoindre un centre de tir avec de vrais fusils à pompe ou armes en tous genres. Dans notre cas, l’endroit était désert, le gérant nous a offert plusieurs parties, un régal !

Ko Phi Phi

Si vous n’avez qu’une île à faire, ça sera celle-ci ! Véritable perle de la Thaïlande, Ko Phi Phi est un véritable joyau de dépaysement. C’est un petit archipel où seul Ko Phi Phi Don est doté de structures hôtelières et touristiques. Pour les autres, il faudra compter sur un taxi-bateau pour aller se baigner dans ces eaux aussi émeraudes que limpides. Il n’y a pas grand chose à faire d’autre que d’admirer la grandeur, la beauté et la générosité de la nature. Nous avons fait une activité de snorkeling grâce à l’agence de voyage de Bangkok (voir ci-dessus) et ce fût tout simplement extraordinaire. La bateau vous arrête au large, armés de vos palmes, de votre masque et d’un tuba vous nagez en quasi-surface mais c’est suffisant. Vous croiserez des bancs de poissons multicolores peu farouches qui viendront vous entourer, des homards et autre personnages improbables. Petit conseil : allez-y avec un appareil photos aquatique ou une pochette hermétique pour téléphone, cela à été notre grand regret de ne pas être équipés !

carnet-voyage-thailande-kophiphi-01

carnet-voyage-thailande-kophiphi-02

carnet-voyage-thailande-kophiphi-01

Ko Samui

C’est clairement le coup de cœur du séjour. C’est difficile à expliquer pourquoi, un ressenti. Il est aisé de prendre son scooter, partir à l’aventure sur cette petite île, découvrir des paysages à couper le souffle, et retrouver son chemin. La vie y coule facilement, la nourriture y est extraordinaire. Ko Samui c’est un apaisement évident de l’esprit, des couchers de soleil à couper le souffle, des cabanes suspendues dans des arbres en guise de bars mais aussi des colères intenses de dame Nature au mois d’août, avec des tempêtes aussi soudaines que violentes. Nous avons logés à Lamai Beach, un des secteurs les plus animés. Une journée, nous avons décidé de faire le tour de l’île en scooter, en faisant des haltes où bon nous semble, voici un aperçu des paysages vus :

carnet-voyage-thailande-kosamui-01C’est en nous aventurant derrière les maisons des habitants, que nous avons découvert leur « jardin »

carnet-voyage-thailande-kosamui-04Quand les pluies diluviennes laissent place au soleil.. en moins de 3 minutes. Surat Thani

 carnet-voyage-thailande-kosamui-06Temple caché en bord de mer, en contrebas de la route. Il n’est pas visible depuis la route, nous avons juste été bien inspirés de faire un halte ici ^^

carnet-voyage-thailande-kosamui-05

carnet-voyage-thailande-kosamui-02

Promenade à dos d’éléphant

Pour 1 200 THB soit 31 €, nous avons fait une promenade à dos d’éléphant de 30 minutes (vous avez la possibilité de prendre plus, même deux jours de trek). C’était largement suffisant ! Le dos d’un éléphant est inconfortable, dès qu’il amorce une descente, notre siège valdingue, bref rien ne vaut le chameau ^^. L’éleveur nous a permis de monter sur ses épaules, faire des bisous sur sa tête etc. le moment est assez amusant il faut le reconnaître et surtout, les éléphants ont l’air heureux et bien soignés, c’est important, puisque lorsque l’éléphanteau de devant décide de prendre un pause, aussi longue soit-elle, nous devons attendre qu’il ait terminé. De même pour n’importe quel caprice de chaque animal, c’est très amusant et plaisant !

carnet-voyage-thailande-kosamui-04

Camp de boxe thaïlandaise

Ce n’est pas forcément l’activité première à laquelle on pense, et pourtant la boxe est une religion en Thaïlande, il serait dommage de passer à côté. Chaque champion mondial a le droit d’ouvrir son club. C’est-à-dire qu’à la base déjà, celui qui vous entrainera est forcément un homme titré mondialement, et donc un professeur connu et reconnu. Il en coûtera entre 20 et 30 €/personne la demi-journée (après négociation). Les professeurs s’adaptent à tous les niveaux car ils dispensent des cours individuels dans notre cas. Nous étions deux : l’un semi-professionnel en boxe et moi, jamais foulé un ring. C’est intense, mais c’est pour ça qu’on y va ! S’entrainer en plein milieu de la jungle c’est assez incroyable. Pour les plus téméraires, il y a des formules de plusieurs jours proposées, avec lever aux aurores, méditation, entrainements intensifs etc.

carnet-voyage-thailande-kosamui-03

Retour à Bangkok, où nous passons la journée à la piscine, sur le toit d’un hôtel, puis en France. Il s’agit des grandes lignes du voyage, si vous avez des questions n’hésitez pas. La Thaïlande est un pays où l’on se sent en sécurité, il ne faut pas avoir peur, tout en restant prudent, de s’aventurer.

Bon à savoir :

  • Ne pas hésiter à pratiquer le Wai pour remercier et saluer, le rituel asiatique, il se fait en joignant les deux paumes des mains et inclinant la tête.
  • Se déchausser avant d’entrer dans un temple.
  • Ne jamais toucher la tête d’un thaïlandais, même celle d’un enfant, car la tête renferme pour les bouddhistes, l’âme et elle est donc sacrée.
  • Ne jamais diriger son pied vers un thaïlandais, cette partie du corps est considérée comme impure. Utilisez vos bras pour montrer les directions.
  • Toujours avoir les épaules et jambes couvertes dans un lieu de culte.
  • Ne pas entrer dans un temple si un moine y est, c’est un homme sacré, sauf si celui-ci vous y invite (petit veinard !).
  • Rester courtois avec les Lady-boy, ne pas se moquer et les respecter ou vous pourriez avoir quelques soucis.
  • Vous êtes touriste, soit, mais pas pigeon ! Tout se négocie, c’est culturel donc pas de timidité ou elle vous coutera cher à la fin des vacances 😉
  • Acheter les souvenirs à Bangkok plutôt que sur les îles.
Écrit par Lotus & Bouche Cousue